À quoi sert le sacrifice

Sacrifice des moutons en Islam
Moutons vendus pour sacrifice - Kurabn Bayrami Turquie © Stock Tr | Dreamstime.com

Le sacrifice est un culte ancien qui est pratiqué dans toutes les Ummahs depuis très longtemps, comme il est mentionné dans le Coran glorieux: “Et pour chaque nation, Nous avons nommé un sacrifice; qu’ils devraient mentionner le nom d’Allah sur les animaux muets qu’Il leur a fournis.” (Partie 17, Sourate Al-Hajj, Ayah 34) 

Les religions Abrahimiques (Judaism/Christianisme) ont été à l’origine de l’Islam. Dans celles-ci, lorsque Sayyiduna Ibrahim a reçu l’ordre de faire une annonce du Hajj, en même temps, les vertus du Sacrifice du Hajj et ses avantages ont été également énoncés:

“Et appelez les hommes pour effectuer le Hajj, ils viendront sûrement à pied, ou monté tous les chameaux maigres qui viennent de tous les coins. Afin qu’ils soient témoins de divers avantages et qu’ils mentionnent le nom d’Allah le jour qui a été déterminé pour la subsistance, celle qu’Allah leur a donnée sous forme de bétail. Alors mangez-en et donnez aux pauvres et aux nécessiteux à manger.” (Partie 17, Sourate Al-Hajj, Ayah 27 -28)

La religion d’Islam est la continuation de ces mêmes religions Abrahimiques, ainsi, les ordres de Sacrifice y sont assez évidents. Chaque enfant musulman connaît bien le Hadj, en particulier le sacrifice de l’Aïd-ul-Adha. En effet, il existe quelques occasions pour des sacrifices dans la religion Islamique:

Premièrement, le sacrifice qui a été mentionné dans les rites du Hajj et qui est appelé “Hadi”, dont tous le pélérins doivent donner au moins 2/3 de la viande aux pauvres et aux nécessiteux. Un autre sacrifice intitulé “Udhiyah” se passe à l’occasion de l’Aïd-ul-Adha, célébrant la mémoire du Sacrifice béni de Sayyiduna Ibrahim. On conte aussi parmi ceux-là «Aqiqah», réalisée à l’occasion de la naissance d’un enfant comme indication de bonheur et de gratitude envers Allah (SWT).

La sagesse fondamentale derrière le sacrifice est le fait de dépenser des richesses pour montrer notre devotion à Allah Tout-Puissant, non pas, comme ça l’était souvent pour d’autres religions (généralement polytheists) pour apaiser la colère d’un Dieu avec le sang. C’est pour ceci que le sacrifice a une telle importance et un grand respect en Islam. En outre, Allah Tout-Puissant l’a même déclaré: “Et les grands animaux sacrificiels; Nous les avons fait parmi les symboles d’Allah pour vous.” (Partie 17, Sourate Al-Hajj, Ayah 36)

Grace au sacrifice, une nourriture de qualité – la viande, atteint les pauvres et les démunis qui n’ont généralement pas les moyens de s’en procurer. Le sacrifice exprime aussi les récompenses et les faveurs accordées à Sayyiduna Ibrahim et encourage les gens à faire preuve d’obéissance.

Comme l’Islam est une religion monothéisme, chaque acte d’adoration a été déclaré [à accomplir] spécifiquement pour Allah: “Et ces personnes (du Livre) ont reçu l’ordre d’adorer Allah uniquement, croyant uniquement en Lui, étant d’un seule côté uniquement (c’est-à-dire celui d’Islam)”. (Partie 30, Sourate Al-Bayyinah, Ayah 5). C’est pour cette raison que Salah, Sadaqah, Zakat, Sawm, Hajj et toutes les formes de culte sont [exécutés] pour Allah (SWT) seul.

Allah (SWT) est très miséricordieux puisqu’il connaît notre perte durant le sacrifice et nous a ordonné de le faire, par conséquent, le commandement béni nous est très honorable. Ainsi, non seulement le besoin fondamental des pauvres est plus que satisfait, mais le commandement divin est également mis à exécution.

Une chose importante est que le sacrifice Wajib devrait être effectué selon la charia, tandis que les gens peuvent distribuer une somme d’argent à la place du sacrifice surérogatoire s’ils le souhaitent. Personne n’a jamais fait de déclaration ou de remarque telle que «aucun pauvre ne devrait recevoir même une roupie autre que Wajib Sacrifice».

En bref! La vérité est que les pauvres peuvent être aidés de bien d’autres façons, mais Dieu nous a offert cette opportunité pour supplémentaire pour montrer notre amour envers lui, et nos frères et soeurs.