Au cœur du bassin du Congo

Monde Njindam L. Ibrahim
dreamstime_s_77255109
© Antoineede | Dreamstime.com

Le bassin du Congo est la plus grande forêt pluviale d’Afrique, et la deuxième dans le monde. Doté d’énormes richesses et d’une grande biodiversité, le bassin du Congo fascine et impose le respect. Mais seulement, plusieurs menaces pèsent sur cette imposante forêt.   

Un bassin immense 

Il est très vaste. Il s’étale sur une superficie de 3,7 millions de km². Tout comme l’Amazonie, la plus grande forêt pluviale du monde, le bassin du Congo couvre plusieurs pays. Il s’agit de la République démocratique du Congo, de la République du Congo, du Gabon, du Cameroun. À ces quatre pays s’ajoutent la République centrafricaine, la Guinée Équatoriale. Il faut néanmoins relever que c’est la République démocratique du Congo qui occupe la plus grande partie de ce Bassin. 

Un bassin doté d’incroyables richesses

Il possède de nombreuses richesses fauniques et végétales. En ce qui concerne la faune, on dénombre 400 espèces de mammifères, 700 espèces de poissons, 1000 espèces d’oiseaux. En plus, le bassin regorge d’une vingtaine d’espèces endémiques comme l’okapi, le bongo ou la genette aquatique. Mais le bassin du Congo, c’est aussi ses nombreuses espèces menacées comme le bonobo ou encore les éléphants de forêt. En ce qui concerne la flore, on estime qu’il abrite environ 10 000 espèces de plantes. Par ailleurs, le bassin du Congo est le deuxième poumon de la planète après l’Amazonie. Il constitue donc un puits de CO2, ce qui lui permet de lutter efficacement contre le réchauffement de la planète.

L’espace de vie de plusieurs groupes ethniques

Plusieurs groupes ethniques peuplent le bassin du Congo. On peut citer les pygmées et les Bantous. Chacun de ces deux groupes a une culture riche et diversifiée. Les pygmées par exemple sont considérés comme l’une des plus anciennes communautés vivant en Afrique. Ils vivent principalement de la chasse et de la cueillette. Les Bantous, contrairement aux pygmées, vivent de diverses activités comme la chasse et l’agriculture. Les pygmées et les Bantous trouvent l’essentiel des ressources nécessaires à leur survie dans le bassin du Congo. 

Un lieu abritant plusieurs patrimoines de l’UNESCO

Le bassin du Congo héberge au total six biens du patrimoine de l’UNESCO. Ces biens sont éparpillés sur l’ensemble du territoire composant le bassin du Congo. On peut par exemple citer la réserve de faune du Dja et l’Écosystème culturel relique de Lopé-Okanda. Ces deux aires sont respectivement situées au Cameroun et au Gabon. D’autres biens du bassin figurent sur la liste du patrimoine de l’UNESCO. C’est le cas de la réserve de faune à Okapis. En dehors de cette réserve, on a les parcs nationaux de Kahuzi-Biega, de Virunga et de la Salonga.

Les menaces qui pèsent sur le bassin du Congo

À travers ses multiples activités, l’homme constitue une véritable menace pour la grande biodiversité du bassin. Sans être exhaustif, on peut citer comme menaces pesant sur le bassin du Congo, la déforestation, l’agriculture, l’industrialisation. À ces menaces déjà pesantes se greffent le braconnage et la technique sur brulis pour défricher les champs. Le constat qui se dégage est que ces pratiques détruisent à petit feu toutes les ressources du bassin du Congo. Allah sait mieux.

 

écrit par : Njindam L. Ibrahim

Enjoy Ali Huda! Exclusive for your kids.