Comment gérer nos finances

Main tenant des pièces pour les empiler les uns sur les autres, plantes - épanouissement
Main tenant des pièces pour les empiler les uns sur les autres, plantes - épanouissement © Lovelyday12 | Dreamstime.com

Les découvertes faites par le Réseau Financier de L’Éducation ont révélé des faits pétrifiants. Un tier des Malaysiens se sont évalués comme ayant une connaissance financière réduite et 10% ont admit qu’ils n’étaient du tout disciplinés dans la maitrise de leur affaires financières.

Seulement un quart des participants avaient le potentiel de soutenir leur dépenses quotidiens pendant trois mois s’ils avaient à perdre leur salaire. Moins de 20% ont une assurance soit une protection Takaful et plus de la moitié ont des difficultés à sortir RM1,000 (= 212 Euros) en cas de difficulté!

Ceci pourrait ne pas paraitre surprenant en considérant qu’un cours sur la gestion financière ne nous a pas été enseigné dans les écoles avant et l’est toujours peu aujourd’hui, surmonté de plus par le fait que certaines familles esquivent tout discussion impliquant de l’argent à la maison. Néanmoins en tant que Musulmans, nous devons aspirer d’être à un niveau suffisant pour pouvoir aider les autres.

“La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes, de donner de son bien, quelqu’amour qu’on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l’aide et pour délier les jougs, d’accomplir la Salât et d’acquitter la Zakât.” (Quran 2:177)

Comme l’on dit, l’un ne peut pas donner ce qu’il n’en a pas. Cependant, on peut commencer à faire des pas réfléchis vers la responsabilité financière, contribuant par conséquent à notre indépendance et stabilité.

La première étape est de s’assurer qu’on a un plan financier. Celui-là peut varier de personne en personne, mais une manière assez efficace de l’organiser serait de suivre les instructions LAMPS (limité dans le temps, atteignable, mesurable, pertinent, spécifique).

Le but final devrait consister d’un plan à long termes (la retraite), d’un plan à moyen termes (ex: marriage) et un plan à court termes (urgence quelconque).

Une fois achevé, il serait sage d’établir notre état financier en classifiant, puis soustrayant nos passifs totals à nos actifs totals. Pour une analyse du flux de trésorerie on a besoin d’avoir un certain budget (du moins initialement) pour suivre nos dépenses, afin de ne pas dépenser plus que ce que l’on gagne.

Après, une fois qu’on a reçu notre salaire, il faudrait déduire une portion équivalente à 10 – 20% et la transférer sur un autre compte. Un choix populaire en Malaisie sont soit le Amanah Saham Bumiputera, soit Tabung Haji.

Certains employeurs offrent même la convenience de faire une déduction pareille automatiquement. Commencer ici serait un très bon début. Autrement il est possible de s’appliquer pour un débit automatique avec les services des banques en ligne.

Ceci est destiné à vous inculquer une habitude d’économiser l’argent. Il faudrait donc commencer à penser à ceci dès maintenant, même si vous considérez que votre salaire est trop bas. Ainsi, l’on peut vivre de notre salaire moins le pourcentage canalisé sur le compte séparé, ce que devrait servir comme un capital d’investissement, soit comme airbag dans quelques circonstances imprévues.

Pour lutter contre des situations de fiasco économique telle que le Coronavirus, il serait pertinent de créer un fond d’urgence supplémentaire. Il va vous permettre de dormir mieux la nuit. Ce fonds doit être préservé en forme d’actif liquide. Comme l’objectif principal est de préserver le capital, le retour de l’investissement n’est pas une considération primaire.

Enfin, suivez quelques de ces conseils très simples et vous verrez que ce n’est pas si difficile d’être en une sécurité financière minimale.