Comment interpreter les catastrophes naturelles

portail vers l'abime
Porte ouverte - portal entre monde réel et beauté écologique © Pavel Chagochkin | Dreamstime.com

L’existence de catastrophes naturelles pourrait amener à se demander pourquoi Dieu permettrait que de telles choses se produisent. Bien qu’il n’y ait de réponse directe et unique, il est certain que Dieu est sage tout comme omniscient. Le fait que nous puissions ne pas connaître la sagesse qui se cache derrière quelque chose ne signifie pas que la sagesse n’existe pas.

On pourrait également se demander pourquoi Dieu permet à la pluie de tuer les fourmis, au tigre de manger l’antilope ou aux humains de manger les poulets. Ce ne sont pas des actes maléfiques, mais ils font partie de la nature de ce monde. Il faut noter tout d’abord que l’islam ignore la notion de hasard. Tout ce qui se produit sur la terre et dans les cieux relève de décrets divins, y compris tous les malheurs qui peuvent frapper l’homme : « Nul malheur n’atteint (l’homme) que par la permission d’Allah » (Coran, 64 :11).

Ces catastrophes naturelles entraînent certainement beaucoup de destruction, de pertes de vies humaines et de difficultés pour les personnes touchées. Les musulmans comprennent que cette vie est un lieu d’épreuves. Dieu met les gens à l’épreuve avec le bien et le mal pour voir comment ils réagissent. Nous regardons souvent les destructions qui accompagnent les ouragans, et à juste titre, mais elles entraînent aussi du bon.

Au niveau physique, il y a des avantages environnementaux, par exemple l’un des principaux objectifs des ouragans est d’équilibrer la température entre les pôles et l’équateur, de réapprovisionner les îles barrières et d’apporter des précipitations aux régions qui en ont besoin.

Ces catastrophes naturelles nous rappellent également notre faiblesse en tant qu’êtres humains. Nous passons tellement de temps à construire et à entretenir nos maisons et seulement en quelques minutes, Dieu peut tout détruire avec un peu d’eau et de vent. Cela devrait nous amener à nous repentir et à demander le pardon de Dieu.

La peur de ne pas savoir ce qui va se passer crée un sentiment de désarroi et d’humilité devant Dieu. C’est comme le sentiment que l’on éprouve lorsqu’on est dans un avion et que l’on subit des turbulences violentes. À ce moment-là, on a l’impression que tout ce qu’on a, c’est Dieu.

Ces catastrophes nous rappellent de même nos bénédictions qui sont facilement disponibles dans notre vie quotidienne, mais que nous considérons souvent comme acquises. Les catastrophes sont certainement difficiles et effrayantes. Cependant, comme pour toute autre difficulté de vie, nous pouvons choisir notre réaction. Nous pouvons réfléchir à nos bénédictions, à notre vie, à notre famille et à nos voisins.

Les catastrophes naturelles et les difficultés démontrent la vraie nature des gens. Quand il y a un désastre qui crée un problème en commun, malgré la tristesse accablante, nous pouvons observer la beauté de l’humanité lorsque des étrangers ouvrent leur maison à ceux qui souffrent en faisant passer les besoins de leurs invités avant les leurs. Les catastrophes naturelles finiront par passer, mais ce sont des liens et des souvenirs de la bonté humaine qui resteront à jamais.