Comment lutter contre la lèpre

Santé Njindam L. Ibrahim
lutter contre
© Ronstik | Dreamstime.com

La lèpre est une maladie qui sévit en zones tropicales. C’est une maladie strictement humaine. La lèpre handicape les communautés en affectant considérablement l’état de santé de ses membres. Il est donc important d’avoir suffisamment d’informations afin de participer à la lutte contre la lèpre. Nous vous invitons à examiner cette maladie de plus près. 

Manifestations et évolution de la maladie

La lutte contre la lèpre commence par l’identification de la maladie. Elle évolue généralement en deux phases. La première est la phase initiale. Elle est caractérisée par des taches pâles sur la peau, accompagnées d’une insensibilité cutanée. Quant à la deuxième phase, dite phase d’état, elle comporte plusieurs signes. Nous pouvons évoquer la formation des nodules sous-cutanés, une sorte d’anesthésie (paralysie des mains et des pieds, suivie d’une automutilation des doigts et des orteils). Nous notons aussi des dysfonctionnements des muscles oculaires et des paupières. C’est ce qui explique le fait que certains lépreux ne puissent pas bien ouvrir leurs yeux.

Germe et transmission de la maladie

Une étape cruciale dans la lutte contre la lèpre est la connaissance de sa transmission. L’agent responsable ou le germe pathogène de la lèpre est une bactérie qu’on appelle le bacille de Hansen. Il fabrique une toxine (poison) appelée lépronine, qui est à l’origine des manifestations de cette maladie. Le bacille de Hansen a un pouvoir de multiplication très faible. En effet, il lui faut au moins 12 jours pour se diviser. C’est ce qui explique sa longue période d’incubation [intervalle de temps entre la pénétration de l’agent pathogène dans l’organisme et l’apparition des premiers symptômes] qui peut durer de 3 à 10 ans. Ce qui freine la lutte contre la lèpre est le fait que son mode de transmission soit mal connu. Certaines formes de lèpre sont contagieuses (comme la forme lépromateuse), tandis que d’autres ne le sont pas comme (la forme tuberculoïde).

Lutte contre la lèpre : mode opératoire

Comme pour toutes les autres maladies, le meilleur moyen de lutte contre la lèpre est la prévention. La lèpre se prévient par une hygiène corporelle, alimentaire et environnementale. Il faut se laver régulièrement avec une eau propre et du savon, se laver les mains fréquemment, se rassurer que les aliments sont bien lavés, bien cuits, avant de les consommer. Se rassurer que notre habitat soit bien propre (fréquemment défriché, balayé, débarrassé des flaques d’eau, etc.). Le dépistage est essentiel dans la lutte contre la lèpre. Il faut remarquer que la vaccination au BCG (contre la tuberculose) augmente la résistance au bacille de Hansen. En ce qui concerne la lutte curative, il existe des traitements antilépreux à base de certaines molécules comme la rifampicine, les sulfones, les sulfamides, etc. Ces traitements se prennent dans des centres de santé indiqués.

La lèpre affecte sérieusement ses victimes. Malgré le frein de son efficacité par une non-maitrise de sa transmission, la lutte contre la lèpre continue et progresse à un rythme encourageant.

 

écrit par : Njindam L. Ibrahim