Est-il mauvais de prêter de l’argent en Islam ?

photo de deux musulmans un qui offre de l'argent
Peuple Arab musulman, offrir de l'argent © Zurijeta | Dreamstime.com

Selon Hudhaifa, Rusul le bien aimé صَلَّى اللهُ تَعَالٰى عَلَيْهِ وَاٰلِهٖ وَسَلَّم a dit: “Parmi ceux qui vous ont précédé, il y avait un homme vers qui l’ange de la mort était venu pour saisir son âme. Alors, on lui a demandé: Avez-vous accompli d’actes vertueux? Il a dit: je ne m’en souviens pas d’un tel acte. On lui a demandé de réfléchir davantage, il a répondu: Je ne m’en souviens de rien appart que j’avais pratiquait du commerce avec les gens du monde et je donnais du répit aux riches et je pardonnais aux pauvres (parmi mes débiteurs). Ainsi, Allah l’a fait entrer au paradis” (Sahih Bukhari, Hadith 3451).

L’Islam ne nous persuade pas seulement d’accorder des prêts aux nécessiteux, mais nous incite surtout de traiter les emprunteurs pauvres avec douceur et gentillesse. L’objectif principal du prêt d’argent est d’alléger les problèmes économiques et domestiques d’une personne en besoin. Le prêt accordé avec les intentions bonnes et pures va inévitablement être une source de récompense sur la part d’Allah.

En faisant ceci, des conditions extrêmement faciles et douces doivent être prévues pour l’emprunteur. Fixer des conditions aussi strictes que l’emprunteur qui va, en fin de compte, se trouve en grande difficulté peut devenir la cause d’une fin d’affection ou d’amour mutuel entre les personnes en question.

Si l’emprunteur ne peut pas effectuer un paiement forfaitaire, divisez le remboursement en plusieurs versements. Il est très important de se comporter avec douceur avec l’emprunteur lors du recouvrement du prêt. Créer une scène et réprimander inutilement au cas où l’emprunteur tarde à rembourser [sa dette] compliquerait davantage le problème au lieu de le résoudre. Si possible, dirigiez vous vers le pardon de la totalité ou d’une partie de la dette.

Hélas ! De nos jours et avec le développement de la société actuelle, la pratique de douceur avec l’emprunteur prend tendance à s’éteindre, bien qu’elle ait de nombreuses vertus.

Deux paroles du bien-aimé Mustafa صَلَّى اللهُ تَعَالٰى عَلَيْهِ وَاٰلِهٖ وَسَلَّم

  “Celui qui bénira un pauvre [un emprunteur] avec facilité, Allah le bénira avec facilité dans le monde et l’au-delà. (Sunan Ibn Majah, Hadith 2417)

  Celui qui donne plus de temps à un pauvre ou pardonne sa dette, Allah lui donnera de l’espace à l’ombre de ‘Arsh le jour où il n’y aura pas d’autre ombre que celle de ‘Arsh. (Sunan-ut-Tirmizi, Hadith 1310)”

Hélas! Il y a dans notre société un certain nombre de personnes qui acceptent d’accorder un prêt tout en ayant en tête l’établissement des intérêts sur celui-ci. En Islam, le commerce portant intérêt est une cause de destruction dans ce monde et dans l’au-delà et la situation en question est pire encore.

Certaines personnes profitent de l’impuissance de l’emprunteur de telle manière qu’elles le considèrent comme un esclave qu’elles ont acheté. En effet, cette situation surgit surtout dans les villages et les zones rurales dont toute la famille de l’emprunteur devient généralement victime de chantage, violemment effrayée et menacée. Un sort terrible, sans doute, et c’est en voyant un comportement terrible comme ceci que l’on peut s’améliorer sur soi-même.

Imam Ahmad Raza Khan a déclaré: “Celui qui peut payer mais se soustrait sans aucune raison est cruel et le reprocher et le réprouver est autorisé.” (Fatawa Razawiyyah, vol. 23, p. 286) Cela pour dire que dans le cas où l’emprunteur est en mesure de rembourser sa dette mais évite de le faire, le prêteur peut, sans arrière pensée, exiger le remboursement de l’argent prêté.

En effet les situations sont toutes différentes et Inshallah notre Seigneur nous aidera à faire le bon choix dans chaque cas.