Évitez de tomber dans le piège du Divorce en Post-Quarantaine

Homme et femme asiatiques conflit
Mari et Femme Musulmans, dispute, divorce, voiture sur rue, médisance © Paulus Rusyanto | Dreamstime.com

Le bien-aimé Rasool a dit: “Iblees (le Diable) place son trône sur l’eau, puis envoie ses armées. Parmi ces armées, celle qui se rapproche le plus d’Iblees est celle qui répand le mieux la dissension. Une de ses armées vient et dit: j’ai fait ceci et cela. Satan dit: Vous n’avez rien faits. Puis une autre armée arrive et dit: Je n’ai laissé personne avant de l’avoir séparé de sa femme. Ayant entendu cela, Iblees le rapproche de lui et dit: comme tu es bon! Et l’embrassa.” (Sahih Muslim, Hadith 7106)

Bien qu’un divorce soit un acte permit en Islam, Iblees s’en réjouit. La personne qui tente injustement de séparer mari et femme est un criminel comme Iblees. Le bien-aimé Rasool a déclaré: «C’est-à-dire que parmi les choses halal, le divorce est le plus détesté aux yeux d’Allah Tout-Puissant. (Abu Dawood, Hadith 2178)

En effet, plusieurs chemins peuvent conduire au divorce. L’un de ceux-là se mène à travers des actions extérieures qui font tourner le mari contre sa femme et vice versa, provoquant une discorde entre eux et conduisant ainsi au divorce. Le bien-aimé Rasool a déclaré:

La personne qui tourne la femme de quelqu’un contre lui n’est pas l’une des nôtres. (Musnad Ahmad, Hadith 23041)

Le mari et la femme ne doivent être trompés par personne. Chaque fois qu’une personne qui appartient à la famille ou non commence à semer le mal dans la relation, le mari et la femme devraient l’arrêter sagement puisque commettre la médisance est un péché, de même que d’y adhérer volontairement. Ne vous fiez pas aux choses négatives qui vous ont été dites sur une personne sans preuve Shar’i. 

Le Bien-aimé Rasool a déclaré: Parmi vous, les bonnes personnes sont celles qui traitent bien les femmes. (Ibn Majah, Hadith 1978)

Un mari devrait continuer à être aussi juste qu’il peut envers sa femme et de lui communiquer clairement ses sentiments et pensées. Il devrait prendre soin d’elle physiquement et émotionnellement et si elle dit quelque chose contre son tempérament, il devrait le lui pardonner au lieu de se conduire impatiemment. S’il la traite grossièrement, elle deviendra obstinée et la chose qui peut être résolue restera non résolue. De même, une femme doit également garder son mari heureux en lui l’écoutant et en l’obéissant.

Le bien-aimé Rasool a dit: “La femme qui meurt dans l’état où son mari est satisfait d’elle entrera au paradis.” (Sunan-ut-Tirmizi,  Hadith 1164)

Une femme ne devrait pas cependant asservir son mari, c’est-à-dire de faire tout ce qu’il veut ; et de sa part, le mari devrait faire tout pour que sa femme ne se sent pas comme une esclave à la maison. La même chose s’applique à elle aussi, c’est-à-dire qu’elle devrait également prendre soin des droits de son mari, continuer à satisfaire ses désirs autorisés en s’abstenant de la désobéissance.