Fatima et Myriam Al-Fihri – légendes musulmanes

mosquée Fatima al fihri
Medina de Fez au Maroc, université, mosquée © Hoang Bao Nguyen | Dreamstime.com

Un contexte historique

Le nom de Fatima Al-Fihri couronne les annales de l’histoire avec la distinction d’avoir créé la toute première université du monde. Oui, c’était une femme musulmane qui a été la pionnière d’un modèle d’enseignement supérieur, associé à la délivrance de diplômes de niveaux variés.

Fatima Al-Fihri a émigré avec sa famille au début du IXe siècle de Qayrawan (Tunisie actuelle) à la ville de Fès au Maroc. Cela se déroulait sous le règne d’Idrees II, un souverain extraordinaire et un musulman dévoué.

Fès était à cette époque une métropole animée de ‘l’Occident musulman’ (connue sous le nom d’al-Maghrib). C’était une ville porteuse de promesse dans l’imagination des gens, promesse de fortune et de félicité.

Devenue l’une des villes musulmanes les plus influentes, Fès s’enorgueillissait d’un riche mélange de religion et de culture, à la fois traditionnel et cosmopolite. C’est dans cette ville, située sur la rive gauche de la rivière Fès, que la famille de Fatima s’est installée et qu’elle a fini par se marier.

Fatima et Miriam

Après des débuts modestes, la famille de Fatima a finalement été bénie par la prospérité. Son père, Mohammad bin Abdullah Al-Fihri, était devenu un homme d’affaires très prospère. Après la mort du mari, du père et du frère de Fatima, elle et sa seule autre sœur, Mariam, ont reçu un héritage considérable qui leur a assuré une indépendance financière.

C’est dans cette dernière période de leur vie qu’ils se sont distingués. Ayant reçu une bonne éducation, les sœurs se sont à leur tour empressées de consacrer toute leur fortune au profit de leur communauté. Constatant que les mosquées locales de Fès ne pouvaient pas accueillir la population croissante de fidèles, dont beaucoup étaient des réfugiés de l’Espagne islamique, Mariam construisit la grandiose et époustouflante mosquée andalouse en 245AH/859EC.

Fatima, de sa part, a fondé la mosquée et l’université Al-Qarawiyyine, considérée par de nombreux historiens comme la plus ancienne université du monde, en fonctionnement continu, qui délivre des diplômes. Les références historiques indiquent qu’elle a directement supervisé et guidé le processus de construction dans les moindres détails, ce qui témoigne certainement de son grand dévouement, puisqu’elle n’avait aucune expertise dans ce domaine !

Comment la ville a acquiert prospérité

Fatima avait de grandes aspirations, et elle a très tôt commencé à acheter des propriétés adjacentes au terrain initial, augmentant ainsi de manière significative la taille de la mosquée. Elle a dépensé avec diligence tout le temps et l’argent nécessaires pour mener le projet à bien.  Elle était également extrêmement pieuse et dévouée au culte et fit le vœu religieux de jeûner quotidiennement depuis le premier jour de la construction, le Ramadan 245 AH/859 EC, jusqu’à l’achèvement du projet quelque deux ans plus tard. Après ceci, elle faisait des prières de gratitude dans la mosquée qu’elle a si inlassablement travaillé pour construire.

Masjid Al-Qarawiyyin, l’une des plus grandes mosquées d’Afrique du Nord, abritait l’université qui allait devenir un important centre d’enseignement supérieur à l’époque médiévale en Méditerranée. L’université Al-Qarawiyyine est reconnue pour avoir formé de nombreux penseurs musulmans éminents. Parmi ceux-là Abul-Abbas, le juriste Muhammad al-Fasi et Leo Africanus, le célèbre auteur et voyageur.

D’autres noms importants associés à l’institution comprennent le juriste malékite Ibn al-Arabi (mort en 1148EC), l’historien Ibn Khaldoun (mort en 1406) et l’astronome al-Bitruji (Alpetragius) (mort en 1204).

Par ailleurs, les non-musulmans étaient les bienvenus! Le calibre exceptionnel de l’université a attiré Gerber d’Auvergne, qui est devenu plus tard le pape Sylvestre II et qui a introduit les chiffres arabes et le concept de zéro dans l’Europe médiévale. L’un des étudiants les plus célèbres de l’université était un médecin et philosophe juif, Maïmonide.

Au XIVe siècle, l’université abritait la bibliothèque Al-Qarawiyyin, qui reste l’une des plus anciennes du monde et qui conserve certains des manuscrits les plus précieux de l’Islam. Il s’agit notamment des volumes de la Muwatta de l’Imam Malik inscrits sur un parchemin de gazelle, de la Seera d’Ibn Ishaq, de la première transcription de l’Al-‘Ibar d’Ibn Khaldoun et d’un exemplaire du Coran offert à l’institution en 1602 par le Sultan Ahmed al-Mansour.

L’héritage de Fatima Al-Fihri

Près de 1200 ans se sont écoulés depuis la fondation de l’université d’Al-Qarawiyine en 859, et elle continue à ce jour à diplômer des étudiants dans les différentes sciences religieuses et physiques. Cette prestigieuse institution, qui comptait déjà 8 000 étudiants au 14e siècle, est au cœur de l’héritage de Fatima Al-Fihri. Son histoire est celle d’un dévouement atemporel à la tradition islamique d’apprentissage et d’étude académique, ainsi que d’une dévotion personnelle à servir Allah en étant un véritable bienfaiteur de l’humanité. Certainement, le monde en est sorti plus riche.