La crainte de reprendre le travail

Femme en hijab rose assise en réflection
Jeune femme Asiatique Musulmane en stress, portrait avec Hijab rose © Alief Putra Yudha | Dreamstime.com

Maintes personnes qui travaillent seulement durant la semaine font face au sentiment troublant de stress et d’anxiété sur le weekend avant de reprendre le travail. Bien que on n’en discute pas de ça sur grande échelle, quand on éclaire les incertitudes sur la question, cela rend plus simple la gestion de leurs pensées et leur nervosité.

Pour chaque personne il peut y avoir une multitude de raisons pourquoi les sentiments de stress les encombrent, précédant la reprise du travail après le weekend. Prendre du temps pour réfléchir sur pourquoi est-ce que l’on se sent véritablement de cette manière peut aider, même si c’est peu, à combattre le problème.

Pour certains, cela peut débuter déjà dès le début du weekend. Une fois Vendredi arrivé, ils vont être tellement emportés par le soulagement du fait qu’ils ne devront pas travailler qu’ils s’y détachent complètement. Inconsciemment, ils s’entrainent pour empêcher le passage de toute pensée ou crainte reliée au travail le long du weekend.

Durant ce temps, ils passent leurs jours à se relâcher, s’adonnant à la famille et aux amis qu’ils n’ont pas l’opportunité de voir ultérieurement. Le weekend doit aussi souvent accommoder la pratique des loisirs, soit-cela regarder la télé, lire, ou s’entrainer sur le maquillage. Ce changement d’inertie entre les deux types de tâches peut rendre la transition entre le weekend et la semaine difficile et déplaisante. 

En se rappelant que la vie est temporaire et une épreuve, on va commencer à voir notre travail en son essence. On va se pousser à percevoir notre travail comme une bénédiction d’Allah tandis qu’en parallèle, on utilisera notre revenu pour se soutenir soi-même et sa famille.

Ainsi qu’une bénédiction, nos travaux sont en effet pareillement une épreuve. Nous sommes testés dans chaque expérience qu’on vie au cours de notre temps ici-bas et le travail n’est pas une exception. Même si l’on ne le réalise pas, toutes les impasses et les sentiments auxquels on fait face en travaillant font parti du grand plan de la vie. Ce qui conte c’est notre réaction à chaque épreuve. Est-ce qu’on a enduré celle-là avec patience ou est-ce qu’on a perdu tout espoir ? Allah dit dans le Saint Coran:

“Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants.” (2:155)

Ainsi, si l’on ressent du stress et de l’anxiété avant de reprendre le travail après le weekend, il faut s’en souvenir que c’est un test d’Allah. On peut entrainer notre cerveau à percevoir cette situation d’une manière différente, soit, pour radoucir la transition, on peut essayer d’intégrer du travail au long du weekend, même un peu c’est déjà bien.

On va réaliser, en parallèle, qu’en réalité, il n’y a pas de raisons pour se sentir anxieux avant de retourner au travail puisque rien dans ce monde est permanent. Soit-il un soucis de travail, de famille, ou une difficulté autre – tout est temporaire et un test pour nous. Le Prophète Mohamed (PSL) disait:

“ La vie de ce monde comparée à l’au-delà est comme si l’un de vous aurait mis son doigt dans l’océan, le ressortit et compara l’eau qui lui restait sur le doigt à celle restant dans l’océan.” (Sahih al Muslim)

Nos troubles sont un moyen de succès dans l’au-delà. Ils nous font réaliser qu’il n’y a que sur Allah que l’on peut conter et Il sera toujours là. Le Prophète Mohamed (PSL) a dit:

Aucune fatigue, ni maladie, ni tristesse, ni chagrin, ni douleur, ni détresse tombera sur un Musulman, si c’est un piqure qu’il reçoit d’un épi, alors Allah expiera certains péchés pour cela.” (Bukhari)