La montée du braconnage 

Environnement 01 Mai 2021 Njindam L. Ibrahim
la viande de brousse
Pexels - Waldemar Brandt

La montée du braconnage est un constat déplorable dans certaines parties du monde. Défini comme la chasse ou la pêche illégale, le braconnage détruit la faune. Entre extinction d’espèces et prolifération de maladies, il est important que ce fléau soit combattu avec la dernière énergie.

Le braconnage pour des buts non alimentaires

Le braconnage est une activité rentable. Les braconniers abattent des animaux et retirent une ou plusieurs parties de leur corps pour les revendre. C’est ainsi que le koala et le panda sont chassés pour leurs fourrures qui servent à fabriquer des vêtements. Le rhinocéros est abattu pour sa corne, qui aurait des vertus aphrodisiaques. Les éléphants, qui constituent l’une des plus grandes victimes de cette odieuse pratique, sont décimés pour leur ivoire. Il faut préciser qu’un kilo d’ivoire coute environ 800 euros. D’autres personnes par contre ont besoin d’animaux de compagnie. Ils achètent ainsi certains animaux sauvages au marché noir pour leur tenir compagnie.

La montée du braconnage pour des raisons alimentaires

Par ailleurs, certains animaux sont abattus tout simplement pour leur viande. En effet, la viande de brousse est très appréciée dans certains coins du monde, notamment en Afrique subsaharienne et en Asie. En Afrique par exemple, il n’est pas rare de voir des restaurants servant uniquement de la viande de brousse. Les animaux les plus consommés sont alors le singe, le pangolin, le lièvre, la vipère, le porc-épic, etc. Dans certaines contrées, la chasse fait partie intégrante de l’identité culturelle.  

Les conséquences du braconnage

La montée du braconnage a de nombreuses conséquences. Une des conséquences les plus significatives est sans doute la disparition des espèces. La population des éléphants par exemple est en grande baisse en Afrique. Selon le WWF, entre 20 000 et 30 000 éléphants d’Afrique sont tués chaque année. Ces chiffres donnent froid au dos, et montrent à quel point cette activité peut être destructrice pour la faune. Le constat est le même pour le rhinocéros. Sa population a diminué de 97 % depuis 1960. Quant au lion, il s’est éteint dans sept pays du monde. Le cas de la girafe blanche est encore plus alarmant. Aujourd’hui, il ne reste qu’une seule espèce en Afrique. Par ailleurs, la consommation de la viande de brousse, fruit du braconnage, peut être à l’origine de graves maladies. L’exemple de la maladie à virus Ebola est assez éloquent. 

Les moyens de lutte contre le braconnage

La première des choses à faire pour endiguer le braconnage est la sensibilisation. Sensibiliser toutes les couches sociales sur les dangers qu’il représente sur le bien-être des animaux. Après la sensibilisation, l’accent doit être mis sur les consommateurs des produits issus de cette horrible activité. On tue des animaux parce qu’il y en a qui achètent. Si on parvient à neutraliser les consommateurs, les braconniers seront découragés et vont tourner le dos à cette activité. Par ailleurs, il faut améliorer la formation des gardes forestiers et les doter d’équipements adéquats pour lutter contre les braconniers. Enfin, limiter la montée du braconnage, c’est aussi sanctionner sévèrement toutes les personnes qui se livrent à cette activité illégale. ALLAH sait mieux. 

 

écrit par : Njindam L. Ibrahim