Le bœuf : la raison principale de déforestation ?

Environnement Contributor
meat
© Julia Sudnitskaya | Dreamstime.com

Le bœuf est le nom culinaire pour la viande de bétail, c’est-à-dire les vaches. Depuis la préhistoire, le bœuf est une source importante de protéines et de satisfaction. Aujourd’hui, toujours une source de plaisir, le bœuf est également devenu la raison principale de déforestation tropicale et contribue grandement aux émissions des gaz à effet de serre.

Comment le bœuf est-il la raison principale de la déforestation tropicale ?

Le bétail n’a pas seulement besoin de terres déboisées pour vivre, mais aussi pour pouvoir cultiver sa nourriture ; d’où l’une des utilisations les plus inefficaces des ressources sur terre. 47 % de la terre aux États-Unis est utilisée pour la production alimentaire, de ce pourcentage, 70 % des terres sont utilisées uniquement pour l’alimentation du bétail.

Comment le bœuf libère-t-il de gaz à effet de serre ?

Lorsqu’une vache mange, l’action de la mastication libère du méthane de sa bouche. Le méthane est un gaz à effet de serre plus nocif que le dioxyde de carbone (CO2). Une molécule de méthane équivaut à 23 molécules de CO2. Les gaz à effet de serre sont les éléments clés dans le phénomène du réchauffement climatique. Dans de nombreux cas, pour chaque kilogramme de bœuf, 1000 kg de méthane sont émis.

En plus, les arbres sont l’une des deux plus grandes réserves de CO2, l’autre étant l’océan. Comme les vaches ont besoin de terres, les forêts sont détruites pour fournir l’espace, ce qui libère par conséquent tout le CO2 stocké.

Quelle différence pouvons-nous faire ?

La raison pour laquelle les marchés continuent d’importer du bœuf et les gouvernements continuent de déboiser des terres pour le bétail est de soutenir la demande des consommateurs ; notre demande. Partout où la demande est élevée, les marchés et les gouvernements veilleront à ce qu’il y ait suffisamment d’offres pour répondre à cette demande.

En éliminant ou en diminuant la quantité de bœuf que nous consommons, il y aura moins de demandes et donc, une baisse d’offre. Cela conduit à une diminution des émissions de gaz à effet de serre et de la déforestation.

Voici quelques comparaisons simples pour mettre en valeur la quantité d’énergie qu’il faut pour faire un seul burger de bœuf :

– 1 burger = 24 heures d’utilisation du climatiseur de fenêtre

– 1 burger = 68 km de conduite de certaines voitures

– 1 burger = 200 heures d’utilisation d’ampoules de 60 w

Quelles sont les meilleures sources de protéines ? 

La source la plus évidente serait la volaille (le poulet, la dinde…). Le poulet n’aura besoin que de 20 % des terres dont les bovins ont besoin et seulement de 10 % de ses émissions de gaz à effet de serre. Alors, en remplaçant le bœuf par du poulet, vous auriez éliminé 80 % de ce que vous émettez. Les poulets ont également besoin 5 fois moins d’aliments nécessaires pour produire un kilogramme de protéines que les vaches, ce qui les rend plus efficaces pour l’alimentation. Mais si nous devions examiner les légumes, le bétail utilise 50 fois plus de terres que des fruits et des légumes, et aucune terre n’est nécessaire pour l’alimentation animale. Les protéines présentes dans les légumes sont beaucoup plus saines que les protéines de la viande.

Les décisions que nous prenons au supermarché ou dans un restaurant affectent les écosystèmes, et les écosystèmes affectent non seulement les animaux, mais nous aussi.

 

écrit par : Nour Sadek