Bulletin SalamWebToday
Inscrivez-vous pour obtenir des articles hebdomadaires SalamWebToday!
On est désolé, l'erreur provient de:
En souscrivant, vous adoptez la Politique de confidentialité et les Réglementations de SalamWeb.
Nouveauté

Le diabète : Le rôle des scientifiques musulmans

Santé 23 Déc 2020
dreamstime_m_78206202
© Vchalup | Dreamstime.com

La fédération internationale du diabète et l’Organisation mondiale de la santé ont fixé la date du 14 novembre de chaque année pour la « Journée mondiale du diabète ». C’est à cette date en 1922 que Frederick Banting et Charles Best ont découvert l’insuline. Et si l’organisation mondiale a décidé de célébrer ces deux scientifiques, nous devons nous rappeler que les érudits musulmans ont joué un rôle historique dans le diagnostic.

Définition du diabète (OMS)

Une maladie chronique qui survient lorsque le pancréas ne peut pas produire suffisamment d’insuline. Dans d’autres cas, c’est lorsque l’organisme ne peut pas utiliser cette substance avec efficacité.

Les statistiques 

Selon le site web de l’Organisation mondiale de la santé, le nombre de personnes atteintes de diabète a dépassé les 422 millions. Et d’ici 2035, on estime que ce nombre atteindra 592 millions.

Civilisation chinoise et indienne 

Les savants Chinois ont testé l’urine pour identifier le diabète en appelant « urine de miel ». C’est grâce à eux que cette maladie a été découverte. Ils utilisent des plantes médicinales pour traiter la maladie. Pour la civilisation indienne, les scientifiques décrivent le diabète comme une faim, une soif et une urine douce.

Civilisation islamique

Le mouvement de traduction a eu un grand impact sur cette renaissance médicale. Les savants musulmans ont suivi ce que les scientifiques occidentaux ont commencé. Parmi les choses qu’ils ont travaillé à expliquer, c’est le diabète. Les plus éminents savants musulmans qui ont joué un grand rôle à l’explication du diabète sont : Abu Bakr Al-Razi (Rhazès), Ibn Sina (Avicenne) et Abdul-Latif Al-Baghdadi.

Ils ont décrit le diabète avec des mictions fréquentes, une soif intense et une consommation d’eau régulière. Les mêmes symptômes ont été décrits aujourd’hui.

Abdul Latif Al-Baghdadi

Il a mentionné que la perte d’humidité corporelle est l’une des causes de la maladie. Il a également mentionné qu’il y a des substances sécrétées par le foie qui affectent les reins, causant la diurèse. Presque identique à ce que les scientifiques ont décrit à présent.

Abu Bakr Al-Razi (Rhazes)

Il a conseillé aux médecins que l’entretien représente la moitié du traitement. C’est une invitation à l’importance de l’examen médical clinique du patient. Al-Razi était connu pour sa précision et son ingéniosité dans les notes cliniques.

Ibn Sina (Avicenne)

Il a attiré l’attention sur l’importance du traitement psychologique et sur la nécessité de recourir à Dieu Tout-Puissant comme méthode de traitement.

Les savants musulmans ont recommandé de réglementer l’alimentation. En plus, de s’en remettre à la consommation de concombres, de fruits qui réduisent la diurèse. Ils recommandent également de faire du sport, en particulier de l’équitation. Ils ont décrit certaines plantes médicinales disponibles à leur époque.

Recommandations de traitement

Le triangle de sécurité du diabète est : régime nutritionnel, exercice physique et traitement. Mais, les érudits musulmans ont ajouté le quatrième fondement : croire en Dieu et se tourner vers Lui par la prière. C’est un appel aux médecins musulmans à ne pas négliger l’aspect religieux du traitement.

 

écrit par : Jaafar Benyoucef