Le plus grave des péchés: le suicide

Homme avec depression assis avec la tête en mains avec un pistolet face à sa tête
Homme avec depression assis avec la tête en mains avec un pistolet face à sa tête, pensant du suicide© Piyamas Dulmunsumphun | Dreamstime.com

Il arrive que l’on commence à sentir que notre fardeau devient trop lourd. Assiégés par nos échecs et ravagés par l’agonie du stress perpétuel, on s’effondre ne pouvant plus porter le poids accumulé. La décision de prendre sa vie est la plus simple dans ce cas. Seulement un pas vers l’abîme; un voyage court pour atteindre le diable. Dans le moment, cela importe peu, sauf que ça devrait. On a une obligation de s’arrêter.

Le Coran désigne le suicide comme étant l’un des péchés les plus graves, un sacrilège contre notre Seigneur. Nos corps ont été créés et fonctionnent grâce à Allah. Prendre notre vie est donc seulement Sa décision, pas la nôtre. S’il décide de vous subjuguer aux épreuves, Il connait mieux ce de quoi vous êtes capables.

Il n’y a pas d’épreuve qu’Allah peut envoyer qui est trop lourde pour l’homme. Il arrive que le fardeau soit très lourd, mais ne jamais trop. Toute pensée contraire vous est soufflée par le diable, désirant vous prendre dans son royaume. Réfléchissez cependant un peu au genre de royaume que cela peut être.

Si les gens avaient une foi inébranlable en Allah et l’au-delà, leurs esprits ne leur permettraient pas de s’effondrer sous le poids de l’encombrement. Ils évoqueraient le reste de leur forces et combattraient. Alors que quand la foi est frêle, les pensées qui prévalent au derniers moments avant la tragédie finale sont “rien de ce que j’ai été enseigné existe, il n’y a rien à perdre, il y a rien de pire que la situation dont je suis et je ne peux pas en sortir”. À cela le diable sourit en anticipant votre venue.

Pour des personnes dans ces situations il pourrait être utile d’explorer un exercice philosophique appelé ‘Pari de Pascal’. Il montre clairement pourquoi il est mieux de suivre les commandements d’Allah au lieu de les nier. Quand vous vous conformez au commandements et il arrive par la suite qu’il n’existe pas d’au-delà, tout ce que vous avez à perdre sont seuls quelques plaisirs de ce monde (dont vous vous privez en suivant votre foi), la perte est finie. Par contre si vous niez les commandements et il arrive que l’au-delà existe, vous aller faire face à une perte infinie, celle de la damnation éternelle.

Ce chemin de pensée, n’étant pas forcément le plus conventionnel du point de vue Islamique, peut sauver un esprit désespéré avant celui-ci fasse le pas fatal. Se conformer avec les lois d’Allah est beaucoup plus sur que de les nier – ne soyez pas des niais.

Pour ceux qui sont plus surs dans leurs croyances et adhérence à Allah, il y a un choix de Surahs pour les rassurer que le suicide est la pire chose que l’on peut faire à soit même. Allah est clément. Il va vous tourner son regarde aimant et vous délivrer de tout affliction que vous souffrez, mais pour cela vous devez rester forts.

“Et il n’est pas possible pour l’un de mourir sauf par permission d’Allah sur un décret déterminé. Et celui que désire la récompense de ce monde, on va la lui offrir; et celui qui désire la récompense de l’au-delà – on va la lui offrir. Et l’on va récompenser le reconnaissant.” (3:145)

“Ne tuez pas vous mêmes. En effet, Allah est le plus miséricordieux. Et celui qui le fait en aggression et en injustice – alors On va le conduire dans un feu. Et cela et facile pour Allah.” (4:29,30)