Les Ouïghours : un peuple négligé

Monde 15 Déc 2020 Contributor
© Juan Moyano | Dreamstime.com

Les Ouïghours : un peuple négligé

Depuis 2016, les Ouïghours subissent des pressions de la part du gouvernement chinois.  La Chine, quant à elle, prétend lutter contre le terrorisme à travers la politique GWOT (Global War On Terror). Elle a enfermé des milliers des Ouïghours dans des camps de concentration depuis 2017. Après avoir longtemps nié ces accusations, la Chine finalement avoue avoir créé des camps qu’elle appelle des « camps de rééducation ». Elle prétend que c’est pour le bien du peuple des Ouïghours à s’assimiler pleinement dans la société. La vérité est plutôt différente de ce que la Chine prétend être.

La Chine condamne les ouïghours pour n’importe quel acte religieux, qui selon eux, va à l’encontre de leur valeur. Ainsi, pousser une barbe, porter un foulard ou souhaiter un bon Eid coûte un emprisonnement dans un camp de concentration. Dans ces camps de concentration, le peuple ouïghour subit de la violence, du travail forcé. Les femmes sont violées et sont soumises à des stérilisations. Les parents sont séparés de leurs enfants et ils peuvent même être utilisés comme une banque d’organes. Cela semble être tout droit sorti d’un film d’horreur, pourtant c’est un véritable cauchemar qui a lieu au 21e siècle.

Qui sont les Ouïghours ?

C’est un peuple majoritairement musulman qui vit dans une région appelée Xinjiang (XUAR) ou Turkestan de l’Est. C’est une région autonome située au nord-ouest de la Chine. Ce peuple parle une langue qui est plutôt proche du turc plutôt que du chinois. Ainsi, c’est un peuple qui n’a pas vraiment de lien avec la Chine à part faire partie du territoire chinois.

Comment les grandes multinationales profitent-elles de cette situation ?

Cette situation profite, en partie, à environ 83 marques mondiales. Elles refusent, pour certaines, d’arrêter de coopérer avec les fournisseurs chinois qui utilisent la main-d’œuvre forcée ouïghours. Ces marques sont pour la plupart des géants mondiaux de la mode « fast-fashion ». Très peu de marques ont publiquement annoncé leur souhait d’arrêter toute coopération avec ces fournisseurs. Ainsi que leur regret d’avoir participé à ce crime contre l’humanité. De même, il y a peu de réactions de la part des autorités qui semblent être paralysées par la Chine. Par contre, il y a des vives réactions de la part des gens qui semblent vouloir boycotter ces grandes enseignes. Le message est clair : stoppez toute coopération qui utilise le travail forcé du peuple ouïghour.

Enfin, la Chine utilise la lutte contre le terrorisme comme prétexte pour enfermer les Ouïghours. En réalité, il y a bien plus que cela. Xinjiang est une région très riche au niveau des ressources naturelles. Récemment, c’est devenu aussi une région clé dans leur projet de la nouvelle route de soie (BRI). Ainsi, les Ouïghours semblent constituer un barrage à la Chine pour arriver à son but.

 

écrit par : ANGUTAYEVA Madina