Les risques financiers de la procrastination

Lettres empilées sur la table, impôts et faxes du gouvernement
Imports accumulés depuis une longue vacances sur la table en bois © Haraldur Húbertsson | Dreamstime.com

La procrastination est définie comme étant l’action de reporter ou d’ajourner une tâche. L’humanité combattait, sans doute, ce phénomène depuis le début des temps. En tant qu’espèce on a une tendance néfaste à procrastiner même pour des tâches qui nous sont importantes et indubitablement bonnes pour nous.

Quand cela vient au fait d’être en forme et bonne santé, c’est de la connaissance commune que des exercices réguliers et un régime adéquat jouent un rôle crucial. Néanmoins, on reporte notre résolution du Nouvel An – aller à la salle – une fois de plus, ou mangeons toujours du fast-food tous les jours.

La recherche comportementale se réfère à ceci comme de “l’inconsistance temporaire”. Notre tendance biaisée est de mettre plus de valeur sur les recompenses immédiates au lieu de l’accorder aux projet plus long-termes.

Être en forme et en bonne santé peut être un exemple d’un “futur-toi”. Ce but à long termes cependant, peut être réellement atteignable dans des mois ou des années. Il est beaucoup plus simple de vivre le “soi du présent” puisque l’on n’aura pas le diabète et l’on ne deviendra pas obèse du jour au lendemain.

Ainsi, alors que l’on pourrait facilement visualiser les bénéfices d’entreprendre certaines actions, les résultats du “futur-toi” sont plus difficiles à toujours garder en tête en y allant. Ceci explique bien pourquoi l’on choisirai de procrastiner – la gratification instantanée.

La procrastination apparait dans tout stade de la vie et dans certaines situations on pourrait presque ignorer les conséquences. En revanche, les implications de la procrastination financière sont trop sévères pour être laissés à la bonne chance.

On a pour cette situation une lesson que l’on peut apprendre de l’histoire du Prophète Joesph qui a interprété le rêve du roi de l’Egypte:

“Ô toi, Yusuf (Joseph), le véridique ! Eclaire-nous au sujet de sept vaches grasses que mangent sept très maigres, et sept épis verts et autant d’autres, secs, afin que je retourne aux gens et qu’ils sachent [l’interprétation exacte du rêve]. Alors [Yusuf (Joseph) dit]: Vous sèmerez pendant sept années consécutives. Tout ce que vous aurez moissonné, laissez-le en épi, sauf le peu que vous consommerez. Puis, viendra après cela une année où les gens seront secourus [par la pluie] et iront au pressoir.”

La lesson financière la plus simple que l’on pourrait apprendre est que l’on doit toujours mettre de l’argent de côté avant de le dépenser. Les économies doivent aussi être faites de manière consistante jusqu’à ce que il y ait assez pour fonctionner comme un rebond en cas d’urgence.

De plus, l’on peut déduire qu’au fil du temps que la vie nous lance des adversités, on doit au moins avoir un plan pour atténuer des risques possibles comme le mécanisme du partage de risque (assurance). Clairement ce ne sont pas les choses les plus amusantes desquelles on pourrait s’occuper, néanmoins, procrastiner envers des choses aussi importantes peut finir par un désastre.

Pour un époux, mourir sans assurance voudrait dire que non seulement sa femme et ses enfants devront faire face au traumatisme psychologique, mais il est probable qu’ils seront dans une situation financière beaucoup plus lugubre.

Les implications financiers d’une invalidité peuvent être encore plus dévastants que la mort prématurée. La personne en question ne pourra plus probablement continuer son travail régulièrement et encore moins, en plus de cela, couvrir les dépenses de santé nécessaires.

Pensez bien, dans des situations similaires qui peuvent arriver à chacun, que la procrastination n’est aucunement admissible en ce qui concerne la gestion de vos finances et votre assurance potentielle. Ne laissez pas les choses aller comme si rien n’était, puisque l’on ne peut toujours se fier à la bonne chance.