L’expertise d’Aa’la Hazrat dans le domaine des Hadiths

mosquée, Aa'la Hazrat
Aa'laa Hazrat temple, centre ville. Photo par https://en.wikipedia.org/wiki/Barelvi

En concordance avec les sources fondamentales et critiques constituant la Charia de l’Islam, les Hadiths favorisés sont de la signification la plus remarquable, après le brillant Coran. Bien que les musulmans recherchent principalement la directive personnelle chez le grand Coran, ils recherchent aussi la lumière dans le sentier des brillants Hadiths.

Pour se protéger contre les égarements, la deuxième chose que le Prophète bien-aimé a prescrite était la Sunnah bénie, à laquelle on accède par les bienheureux Hadiths. Le Prophète bien-aimé a indiqué à ce sujet en disant: «Je laisse deux choses entre vous. Tant que vous y accrocherez, vous ne vous égarerez pas: Le Livre d’Allah et ma Sunna. » (Mishkat-ul-Masabih, vol. 1, p. 56, Hadith 186).

Tout comme il est nécessaire pour un juriste (faqih) d’avoir un aperçu des significations du glorieux Coran, il lui est également nécessaire d’avoir la connaissance des Hadith béni. L’Imam Jalal-ud-Deen Suyuti mentionne qu’on a demandé une fois à Sayyiduna Abdullah Bin Mubarak: “Quand quelqu’un peut-il émettre une fatwa (verdict)?”  Il a répondu: “Quand il a connaissance d’Hadiths et de la perspicacité à déduire par analogie (Qiyas).” (Miftah-ul-Jannah, p. 105)

Des premiers stades de l’Islam et à nos jours, les juristes islamiques (Fuqaha) ont occupé un rang distingué dans la connaissance des Hadiths. Les noms des grands savants des hadiths figurent dans la liste des étudiants de ces juristes.

Récemment, Aa’la Hazrat, l’Imam Ahmad Raza Khan Bareli était une figure d’une spiritualité, d’une connaissance et d’une influence admirables. Non seulement il avait une expertise dans les branches de la connaissance religieuse, mathématique et d’autres sciences, mais comme l’illustrent ses œuvres, il s’est également plongé de manière experte dans l’océan des Hadiths.

En approuvant son point de vue et ses fatwas, il citait parfois une pléthore d’Hadiths en plus des passages du Coran et des œuvres du Fiqh. Cette pléthore prendrait alors des formes variées, par exemple, ils formeraient une monographie, un livre ou une collection [traditionnelle] distincte de 40 Hadiths (Arba’een) en eux-mêmes. Jetons un coup d’œil à certains de ces exemples:

1. Une allocution a été adressée à un instructeur respectable d’Aa’la Hazrat, Maulana Ghulam Qadir Baig au sujet de quelques individus rejetant le Prophète comme le plus éminent des porte-drapeaux, et ils ont demandé des preuves du Coran et des Hadiths. Répondant à leur question, Sayyidi Aa’la Hazrat a déclaré:

«La question du prophète bien-aimé étant le plus grand des messagers et le chef du premier et du dernier est une question définitive, une question de croyance, de certitude, de caution, d’accord consensuel. et la foi; seul un individu induit en erreur, hérétique et satanique différerait sur cette question.»

Il s’est ensuite référé à 100 Hadiths pour clarifier cette question.

2. En plus d’avoir beaucoup d’autres attributs louables, le prophète bien-aimé a également l’honneur d’être le dernier messager et prophète. Lorsque Sayyidi Aa’la Hazrat avait l’intention d’éradiquer la tromperie et les méfaits de ceux qui rejetaient la finalité du Prophète, il a écrit un ouvrage intitulé «جَزَآءُ اللهِ عَدُوَّہٗ بِاِبَآئِهٖ خَتْمَ النُّبُوَّۃ», dans lequel 121 Hadiths et autres preuves ont été inclus.

3. Outre ce qui précède, il a présenté à diverses occasions 24 Hadiths sur la création des anges, 16 Hadiths comme preuve sur l’embrassement, 56 Hadiths sur la signification de la barbe, 91 Hadiths sur les droits des parents et 27 Hadiths sur l’inadmissibilité des faire des photos.

Sur la base de ces chiffres et des autres travaux de Sayyidi Aa’la Hazrat, il est évident qu’en plus de maîtriser d’autres sciences, il avait également une maîtrise impressionnante de la science d’Hadiths.

Qu’Allah Tout-Puissant nous donne également le Taufeeq pour choisir également des fleurs du magnifique jardin de la connaissance, afin que nous puissions également remplir le devoir de guider et de rectifier la Oummah musulmane.