L’histoire des droits de la femme et l’Islam

Femme Indonésienne tient un bouquin pensive
© Airdone | Dreamstime.com

Avant l’avènement de l’Islam, la femme avait le droit à peu de décisions, n’ayant ni le droit de divorcer, ni le droit à l’héritage, ni d’autres encore qu’elle n’avait obtenu que plus tard.

Lorsque l’Islam a été révélé, enseignant un fondement solide de justice et d’égalité entre les personnes, de nombreux droits ont été accordés aux femmes, tels que le droit de choisir un partenaire, le droit d’exprimer librement leurs opinions, le droit au travail et à l’héritage à condition que les règles et les enseignements d’Islam étaient respectés.

Contrairement à la diction fréquente du monde occidental, avec l’Islam, la femme était entrée dans une nouvelle ère dont on préservait sa chasteté, sa liberté et sa dignité en l’entourant des droits accordés par le Saint Coran que chacun parmi nous mérite. 

La religion l’a sortie de l’humiliation, de l’esclavage et de la condescendance qu’on avait pour la femme en une manière digne de son humanité.

L’Islam, étant préoccupé avec la femme, lui a conféré le droit à l’éducation islamique, lui aidant à transcender son ancien statut misérable, augmentant sa valeur et faisant d’elle une pionnière dans la société islamique, sachant l’importance de sa contribution à la construction de la famille musulmane – la cellule et le premier élément fondateur d’une communauté musulmane.

La femme a eu le droit de garder ses enfants en cas de divorce ou de décès de son mari. L’Islam a de même fait en sorte que les veuves et les femmes âgées soient véritablement bien gardés avec des allocation financières et sociales grâce à l’aide de la communauté musulmane, plus laissés à demander de l’argent dans la rue en cas de difficulté fiscale. 

Par ailleurs, l’Islam tient bien compte de la situation particulière des femmes. Par conséquent, le adeptes de ce premier ont veillé à ce qu’on réduise des coûts tels que la pension alimentaire, enlevant temporairement certaines prières ou jeûnes obligatoires pendant le périodes de menstruation.

L’Islam a supprimé l’obligation du Hajj pour une femme si elle n’a pas de mahram avec elle pour l’aider à répondre à ses besoins. Pour la soulager en raison du lourd fardeau de veiller aux enfants et à la maison, l‘Islam l’a libéré de la prière dans les congrégations et les groupes qui encombrait la bonne execution de ses tâches nécessaires à la communauté musulmane.

S’opposant aux temps barbares précédents l’Islam, on a imposé à l’homme des restrictions ne lui permettant de transgresser ses limites dans le traitement des femmes. C’est la femme qui vous et élevé, donc il n’en sort que vous avez le devoir de les honorer. En effet, l’Islam a empêché l’homme d’agresser sa femme, comme c’était souvent habituel, avec les nouvelles connaissances apportés dans le Saint Coran. 

Et, ayant rendu la personnalité de la femme indépendante et plus une simple esclave de l’homme, lui donnant une multitude de droits, le Tout-Puissant a déclaré: “Les hommes ont une part de ce qu’ils ont gagné et les femmes une part de ce qu’elles ont acquis” (An-Nisa ‘: 32).