L’île de Gorée : un site chargé d’histoire

Éducation Njindam L. Ibrahim
gorée
© Mariusz Prusaczyk | Dreamstime.com

L’île de Gorée est une île intimement liée à l’histoire de la traite des esclaves en Afrique. Considérée comme un grand centre de commerce d’esclaves, l’île de Gorée est un sujet généralement abordé avec beaucoup de passions. 

Quelques informations sur l’île de Gorée

Elle est située à 3,5 km au large de Dakar, la capitale du Sénégal. Couvrant une surface de 28 hectares, l’île de Gorée fait partie des multiples communes que compte la ville de Dakar. En 2018, l’île avait une population estimée à 1 800 habitants. L’île est plutôt cosmopolite. On y trouve plusieurs groupes ethniques exerçant des activités telles que la pêche et le petit commerce. Mais l’activité dominante de cette commune reste le tourisme. L’île accueille chaque année de milliers de touristes venus visiter la maison des esclaves et ses nombreux musées. Même si le français est la langue officielle du pays, le wolof est largement parlé par les habitants de l’île. 

Une île ayant jadis servi comme centre important de commerce d’esclaves

Quand on parle de l’île de Gorée, on pense immédiatement à la traite des esclaves. En effet, l’île a été pendant longtemps le plus grand centre de commerce d’esclaves de la côte africaine. Pour le petit rappel, l’Afrique était au cœur de la traite atlantique. Celle-ci s’est déroulée du XVe au XIXe siècle. Durant ces quatre siècles, les Africains sont capturés, vendus et déportés en Amérique. Une fois en Amérique, ils vont travailler dans de grandes plantations de cannes à sucre et de coton. Située sur la côte où accostaient les navires négriers, l’île de Gorée était une plaque incontournable de ce commerce ignoble. On estime qu’environ 500 personnes partaient de cette île par an. 

Un lieu de mémoire

Aujourd’hui, bien que l’esclavage ait été aboli depuis fort longtemps, l’île porte encore les stigmates de ce commerce. La maison des esclaves constitue le plus grand témoin de cette activité. C’est une sorte de prison où étaient séquestrés les esclaves avant leur départ pour l’Amérique. Dans la maison des esclaves, on retrouve aussi la triste porte du « voyage sans retour ». C’est la porte qui débouchait directement sur les navires négriers. On la qualifie de porte sans retour parce qu’il n’y avait pas de retour possible lorsqu’on l’empruntait. L’île de Gorée montre à quel point l’homme peut être un loup pour l’homme. Mais Gorée permet surtout d’éveiller les consciences afin qu’un tel commerce ne se reproduise plus jamais dans l’avenir.

Une île inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO

En 1978, l’île a été inscrite au patrimoine de l’UNESCO comme « symbole de l’exploitation humaine ». Mais bien avant cette reconnaissance par l’UNESCO, l’administration coloniale avait dès 1944, fait de Gorée un site historique. Après le départ des colons, Gorée sera inscrite au patrimoine national. Tout ceci démontre tout l’intérêt accordé à cette île. Enfin, il faut visiter l’île de Gorée pour mieux comprendre l’histoire de l’île, et partant, celle de la traite négrière. ALLAH sait mieux. 

 

écrit par : Njindam L. Ibrahim

Enjoy Ali Huda! Exclusive for your kids.