Pourquoi une affaire George Floyd n’arriverait jamais chez les Musulmans

Femmes dans une manifestation, hijjab
© Gnanamclicks | Dreamstime.com

L’Islam, avec sa conception universelle de la fraternité, rejette toute marque de distinction artificielle créée par l’homme.

Allah dit : « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur. » (Coran 49:13)

Il y a plusieurs principes que ce verset présente :

Ce message ne s’adresse pas seulement les musulmans, Dieu (SWT) s’adresse à l’humanité tout entière. Si les musulmans forment une seule fraternité, celle-ci s’inscrit toujours dans une fraternité plus large qui est l’humanité.

Dieu nous a tous créé à partir d’un homme et d’une femme, ce qui signifie que nous sommes égaux dans notre essence.

Tous les êtres humains sont créés selon le même processus, et non de manière à ce que certains soient créés avec un meilleur ‘mécanisme’ que d’autres.

Ces différences ne sont pas fausses, mais plutôt un signe de Dieu:“Et parmi Ses signes, il y a la création des cieux et de la terre, et la différence de vos langues et de vos couleurs. En vérité, ce sont là des signes pour ceux qui savent”  [Coran 30:22]).

Notez qu’aucun mot équivalent à la race n’est utilisé dans cette ayah ou dans tout autre verset du Coran.

L’Islam, cependant, limite le but de ces distinctions à la différenciation et à la connaissance de l’autre. Il ne s’agit pas de se battre les uns contre les autres avec une attitude du type “mon groupe est meilleur que le vôtre” soit une fausse fierté comme c’est le cas avec tribalisme, nationalisme, colonialisme et le racisme.

La seule source de préférence ou de grandeur parmi les êtres humains ne se situe pas au niveau national ou du groupe, mais au niveau individuel.

Un individu qui se met plus haut en Taqwa, est plus conscient de son Créateur et se tient loin du mal en propageant le bien, est estimé aux yeux d’Allah (SWT) quelle que soit sa nation, pays ou classe sociale dont il fait partie. La piété individuelle est la chose qui rend une personne meilleure et plus importante qu’une autre.

Cependant, le seul critère de préférence, la Taqwa, n’est pas mesurable par les êtres humains. En effet, Dieu est Celui Qui connaît et est conscient de tout, donc nous devrions laisser même ce critère à Dieu pour décider, au lieu que les êtres humains se jugent les uns les autres.

C’est la philosophie de l’Islam, profondément ancrée qui amène encore les gens à ce mode de vie, bien que les musulmans ne sont pas au meilleur niveau de l’Iman aujourd’hui. C’est cette attitude qui a bouleversé le cœur xénophobe de Malcolm X lorsqu’il a accompli le Hadj à Makkah.

C’est ce pouvoir même qui a amené Muhammad Ali à l’Islam et attire encore les Intouchables de l’Inde vers l’Islam. C’est la théorie qui a convaincu le célèbre historien, le professeur A.J. Toynbee, en 1948, de dire cela : “L’extinction de la conscience raciale entre les musulmans est l’une des réalisations exceptionnelles de l’Islam, et dans le monde contemporain il y a, en l’occurrence, un besoin criant de propagation de cette vertu islamique”.

Demandons-nous si la Oumma musulmane aujourd’hui, dans son comportement individuel et collectif, s’efforce d’adopter et de promouvoir ces idéaux islamiques…

Un homme a visité une fois la mosquée du Prophète Mahomet à Médine. Il y a vu un groupe de personnes assises, discutant entre-eux de leur foi. Parmi eux se trouvaient Salman (venant de Perse), Suhayb qui avait grandi dans l’empire Romain d’Orient et qui était considéré comme un Grec, et Bilal lui – Africain. L’homme dit alors:

“Si les tribus (de Médine) d’Aws et de Khazraj soutiennent Muhammad, elles sont son peuple (c’est-à-dire des Arabes comme lui). Mais que font ces gens ici ?”

Le Prophète s’est mis très en colère quand on lui a rapporté cela. Aussitôt, il s’est rendu à la mosquée et a convoqué les gens à une Salat. Il s’est alors adressé à eux en disant :

“Ô peuple, sachez que le Seigneur et le Protecteur est Unique. Votre ancêtre est un, votre foi est une. L’arabisme de l’un d’entre vous n’est pas celui de votre mère ou de votre père. Ce n’est rien de plus qu’une langue. Quiconque parle arabe est un arabe”. (Comme cité dans Islam, la voie naturelle d’Abdul Wahid Hamid p. 125)

L’exclusion et la discrimination est en effet interdite en Islam vers qui que ce soit et chacun, depuis l’enfance, apprend cette règle d’or par ses parents et par le Coran.

Contribué par: Imane Lamine