Poursuivez-vous qu’un mirage du bonheur ?

automne, fille cours après des oiseaux
Petite fille dans une veste violette chasse des pigeons © Dmitry Akhmetov | Dreamstime.com

Chaque jour, vous vous réveillez et vous vous efforcez d’atteindre un certain niveau de bonheur ponctuel. Mais que recherchez-vous exactement ? Qu’est-ce que vous recherchez qui vous donnera finalement ce sentiment de satisfaction ? Est-ce l’argent, les relations, le statut ou une réalisation particulière ?

Qu’est-ce qui vous rend malheureux dans votre situation actuelle et de quoi êtes-vous heureux actuellement ? Si votre bonheur dépend de quelque chose qui est matériel, alors vous vous trouverez dans un voyage sans fin pour essayer d’attraper le bonheur là où il n’est qu’éphémère. Certes, il y a un niveau de bonheur et de joie dans le matérialisme, mais il est très fugace et au final, intangible.

C’est comme si l’on courait après un mirage. Vous avez un profond sentiment d’urgence pour acquérir une certaine chose dans l’espoir qu’elle étouffe votre désir et vous rende heureux. Cependant, immédiatement après avoir obtenu ce que vous vouliez, vous vous trouvez déçu et peut-être même plus assoiffé. Le coran fournit une belle analogie concernant cette quête :

« Quant à ceux qui ont mécru, leurs actions sont comme un mirage dans une plaine désertique que l’assoiffé prend pour de l’eau. Puis quand il y arrive, il s’aperçoit que ce n’était rien ; mais y trouve Allah qui lui règle son compte en entier, car Allah est prompt à compter. » (Coran. 24 : 39).

Cette image ne parle pas de soif physique, mais de soif spirituelle. Si une personne passe sa vie en recherchant le bonheur dans l’acquisition d’une belle voiture neuve, une maison plus grande, une technologie plus récente ou un meilleur statut social, elle ne trouvera qu’un bonheur qui lui glissera par les mains comme du sable, bien que le temps qu’il lui a pris d’y parvenir sera irremediable.

Il y a souvent un battage publicitaire où nous avons une attente irréaliste de la chose que nous souhaitons acquérir. Lorsque nous finissons enfin par l’acquérir, nous sommes déçus parce que c’était au final un mirage qui s’est avéré par être en essence le contraire, ou peut-être n’ait simplement pas répondu à nos attentes.

Ensuite, nous continuons à chercher à étancher notre soif dans le nouvel objet suivant et le cycle ne s’arrête jamais, car il y aura toujours plus à acquérir. On peut avoir la voiture la plus moderne et la plus performante, mais bientôt, on voudra une voiture plus neuve. Le prophète Muhammad (PSL) a dit : « Quand bien même on lui donnerait une vallée pleine d’or, le fils d’Adam en désirerait une seconde, si on lui offrait une seconde, il souhaiterait une troisième. Seule la terre pourra combler l’œil du fils d’Adam. Et Allah pardonne à quiconque se repent à Lui. » (Boukhari).

Cela ne veut pas dire qu’il faut vivre volontairement dans un état de pauvreté, car il est tout à fait naturel de vouloir de belles choses. Cependant, la poursuite du matérialisme ne doit pas nous consumer et devenir le but de notre vie. En fin de compte, l’Islam nous enseigne que, si le fait d’avoir de belles choses est bon et permis, il y a un but plus élevé à la vie. Ce but est d’entreprendre un voyage de découverte de soi et de connexion avec Dieu le Créateur. En conséquence, l’islam établit un mode de vie qui, tout en poursuivant des actions et des intentions pour adorer Dieu, apporte le vrai bonheur.

En effet, alors que tout le reste déçoit et dépérit, Dieu (SWT) est éternel. Le bonheur obtenu grâce à cette connexion spirituelle avec le Créateur est une force de motivation puissante faite pour l’accomplissement du bien et du nouveau dans cette vie, tout en affirmant que la promesse d’un Dieu Juste nous attend dans l’autre monde. « Tout ce que vous possédez s’épuisera, tandis que ce qui est auprès d’Allah durera. Et Nous récompenserons ceux qui ont été constants en fonction du meilleur de ce qu’ils faisaient. » (Coran. 16 : 96).