Accidents cardiovasculaires : que faire ?

Santé 11 Mar 2021 Contributor
pexels-karolina-grabowska-4226769
Pexels - Karolina Grabowska

Les accidents cardiovasculaires causent généralement des dégâts sur le système circulatoire, principalement constitué du cœur et des vaisseaux sanguins. Lorsqu’un de ces éléments est affecté, la circulation sanguine est compromise. Il faut agir rapidement et efficacement pour augmenter les chances de survie des accidentés. Voici quelques gestes à maitriser pour faire face à ces types d’accidents cardiovasculaires.

Les hémorragies

Ce sont des écoulements du sang hors des vaisseaux sanguins à la suite de leur rupture. Elles peuvent être externes (saignée hors de l’organisme) ou internes (saignée à l’intérieur de l’organisme. Les hémorragies internes échappent très souvent à notre vigilance. Toutefois, voici quelques signes pouvant indiquer une hémorragie interne : douleur croissante et chaude, soif intense, bourdonnement d’oreilles, troubles visuels, perte de connaissance, sensations d’étouffement… à l’apparition d’un de ces signes, il vaut mieux conduire le patient aux urgences. 

Lorsque l’hémorragie est externe, il faut presser certaines parties précises entre le cœur et la plaie. Par exemple, si la plaie est au niveau du genou, il faut presser fortement la cuisse et y faire un garrot pour réduire l’hémorragie. Juste après, il faut conduire l’accidenté aux urgences. Attention, toutefois ! En cas de saignement du nez, il faut comprimer la narine qui saigne, mais jamais les deux à la fois. Si le saignement se prolonge, il peut s’agir d’une fracture de crâne par exemple. Dans le cas d’un saignement de l’oreille, il faut coucher la victime sur le côté de l’oreille qui saigne. Il ne faut surtout pas chercher à entraver le saignement. Dans tous les cas, l’accidenté devra être conduit dans un centre de santé adéquat pour sa prise en charge.

Savoir prendre le pouls

Le pouls correspond aux différents battements cardiaques. Il se détecte lors du passage du sang dans les artères avec forte pression. Il peut se prendre à plusieurs endroits du corps où une artère passe sous la peau. Nous avons par exemple le poignet et le cou. Un pouls normal correspond en moyenne à 75 contractions cardiaques par minute. S’il est nul, alors le cœur a cessé de battre et s’il est faible, la situation est toujours anormale. En cas d’urgence, il faut prendre le pouls pendant 15 secondes. Ensuite, multiplier le nombre de contractions par 4 pour obtenir le nombre de contractions en une minute.

En cas d’arrêt cardiaque

Dans ce cas, le secouriste doit pratiquer le massage cardiaque et le bouche-à-bouche dans des délais limités. En ce qui concerne le massage cardiaque, il faut se rassurer que l’accidenté est couché sur le dos et sa tête doit regarder vers le ciel. Ensuite, le sauveteur doit placer ses mains de manière à ce qu’elles soient perpendiculaires sur le sternum [au milieu de la poitrine] de l’accidenté. Puis, il doit appuyer un fort entre 3 à 5 fois. Ensuite, pratiquer le bouche-à-bouche en soufflant dans la bouche de l’accidenté. Il faut s’arrêter de temps en temps pour s’assurer que les battements cardiaques ont repris. Ils sont détectables au niveau de l’artère du cou.

 

écrit par : Njindam L. Ibrahim