Que fais-je mal pour atteindre le bonheur à long-terme ?

Portrait d'une femme Asiatique Islamique qui fait du shopping, désir, plaisir
Portrait d'une femme Asiatique Islamique qui fait du shopping, désir, plaisir © Chingyunsong | Dreamstime.com

Nombreux sont ceux qui cherchent à vendre du bonheur : les dealers de drogue, Hollywood, les compagnies de jouets, Disney (créateur de l’endroit le plus ‘joyeux’ sur terre)… Peut-on vraiment acheter le bonheur ? Le bonheur s’atteint-il en maximisant les plaisirs, en devenant célèbre et en faisant fortune, ou en menant une vie remplie de loisirs illimités ?

N’avez-vous jamais déjà vécu le sentiment ? Vous vous fixez un objectif à réaliser (acquérir un nouveau téléphone, acheter une telle voiture, habiter une telle maison, etc.) une fois l’objectif réalisé, vous vous sentez extrêmement heureux. Cependant, après quelques jours, mois, années, la vie reprend sa routine comme si vous n’avez jamais rêvé de cette chose qui vous passionnait tant il n’y a pas si longtemps, le bonheur s’effaçant après quelque temps minime.

Ces ‘grands événements’ desquels nous rêvons portent en eux beaucoup moins de bonheur que nous l’imaginons. En plus de l’importance d’en venir à réalisation qu’ils nous apportent moins en termes de bonheur que l’on prévoit, on doit comprendre qu’ils nous amènent à perdre ce que nous désirons véritablement, ce qui nous rendrait heureux et surtout, ce comment atteindre le bonheur.

Le bonheur durable ne se trouve presque jamais dans la réussite matérielle, apart si celle-ci n’est qu’une conséquence d’une autre réussite. Imaginez-vous que quelqu’un puisse, d’un claquement de doigts, vous offrir la célébrité, la fortune et du temps libre à revendre. Seriez-vous plus heureux? Vous seriez, certes, euphorique sur le coup. Mais cela ne durerait pas. Petit à petit, vous vous adapteriez à cette nouvelle situation et votre vie reprendrait son cours, avec ses hauts et ses bas et son cocktail d’émotions au quotidien. Maintes études ont démontré que, quelques mois plus tard, ceux qui ont remporté des gros lots à la loterie ne sont plus heureux que la personne moyenne. En revanche, pour retrouver l’euphorie des premiers moments, il leur faudrait qu’un événement d’autant plus excitant survienne dans l’avenir. 

Ceux qui errent derrière les illusions sociales du bonheur n’atteindront en réalité qu’un mirage de ce dernier. Cette projection du bonheur est seulement ce que le capitalism impose comme nécessaire pour sa pleine réalisation. De notre part, ce n’est pas cette voie qu’on doit entreprendre en tant que Musulmans puisque notre Créateur nous a montré beaucoup mieux.

En effet, Allah sait mieux que quiconque ce qu’il nous faut et ce qui nous convient dans notre vie. En effet, le bonheur n’est pas toujours forcément là où on l’imagine. Il se peut que nous ayons de l’aversion pour une chose alors qu’il y a en elle un grand bien, et vis versa.

«  Sachez que la vie présente n’est que jeu, amusement, vaine parure, une course à l’orgueil entre vous et une rivalité dans l’acquisition des richesses et des enfants. Elle est en cela pareille à une pluie : la végétation qui en vient émerveille les cultivateurs, puis elle se fane et tu la vois donc jaunie; ensuite elle devient des débris. Et dans l’au-delà, il y a un dur châtiment, et aussi pardon et agrément d’Allah. Et la vie présente n’est que jouissance trompeuse. (Sourate Al-Hadid verset 20)

«  La présente vie n’est que jeu et amusement. La demeure dans l’au-delà sera meilleure pour ceux qui sont pieux. Eh bien, ne comprenez-vous pas? »  (Sourate Al-Annam verset 32)

«  Cette vie d’ici-bas n’est qu’amusement et jeu. La Demeure de l’au-delà est assurément la vraie vie. S’ils savaient! »  (Sourate Al Ankabout, verset 64)

Chercher le bonheur dans la vie présente sans prendre conscience de la vie au-delà est un grand gâchis de temps, d’efforts et d’énergie. La vie présente est de nature un examen; une épreuve pour rentrer dans la bonne partie de la vie suivante ! Cela n’empêche que nous pouvons vivre en calme spirituel et acceptation de soi même. Ceci passe en premier lieu pour comprendre la nature de notre vie et ses limites et effectivement, l’un de ses principaux limites est de croire pouvoir y vivre un bonheur complet et total !