Que savons-nous de la mutation du virus

Éducation 24 Déc 2020 Contributor
dreamstime_m_43939082
© Ralwel | Dreamstime.com

Un virus est une particule microscopique infectieuse qui ne peut se répliquer qu’en pénétrant dans une cellule. Les virus qui infectent les bactéries sont les bactériophages. Il existe des virus qui infectent des animaux et d’autres qui infectent les végétaux. S’ils provoquent des maladies, ils peuvent être considérés comme des germes pathogènes.

 Une chronologie historique

Pays-Bas, 1857 : L’Allemand Adolf Mayer a commencé ses recherches sur la « maladie de la mosaïque du tabac » ; des points étranges sur les feuilles du plant de tabac. En 1887, le botaniste russe Dmitri Ivanovsky a commencé des recherches sur la maladie de la mosaïque du tabac en Crimée. Ivanovsky a présenté les résultats de ses recherches à l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg en 1892. Il a conclu que la maladie était causée par un poison.

En 1898, le microbiologiste néerlandais Martinus Beijerinck a réalisé à peu près les mêmes expériences qu’Ivanovsky. La substance infectieuse qui a pu être filtrée a été appelée « liquide infectieux vivant ». Et comme acronyme, il a réintroduit le mot « virus » du latin, qui exprime « le poison liquide». En 1935, le biochimiste américain Wendell Stanley a isolé le virus de la mosaïque du tabac. Pour prouver qu’il était une protéine pure à structure régulière. Fondamentalement différente des autres bactéries et parasites.En 1955, la biophysicienne Rosalind Franklin a démontré la structure complète du virus de la mosaïque du tabac.

1971, le scientifique David Baltimore a mis au point un système de classification des virus. Le système basé sur le type de leur matériel génétique, et sur le mécanisme de leur réplication. Sept types et sept stratégies de copie.

Les virus sont-ils vivants pour pouvoir évoluer ?

Pour répondre à cette question, nous devons d’abord définir le sens de la vie. Les biologistes s’accordent à dire que tous les êtres vivants possèdent des caractéristiques de base : ils sont capables de croître, de se reproduire, de maintenir un équilibre interne et de répondre à des stimuli.

Ces normes s’appliquent-elles aux virus ?

Oui et non. Nous convenons que les virus se reproduisent. Comme en témoigne l’infection du virus d’une personne à une autre.

D’autre part, les virus ne peuvent se reproduire qu’à l’intérieur des cellules de leur hôte. Et ne peuvent donc pas continuer à vivre en dehors de la cellule vivante.

Comment les mutations se produisent-elles alors ?

On peut imaginer un virus sous la forme d’un mode d’emploi spécifique imprimé sur un morceau de papier. Ce livret décrit ce qui suit :

  • Comment vit-il dans un type de cellule spécifique, au sein d’un hôte spécifique ?
  • Comment se déplacer vers la cellule suivante ?
  • Comment se déplacer vers un nouvel individu ?

Il comprend également comment fabriquer un duplicateur de virus. Cette machine, « une enzyme appelée polymérase », est censée faire un nombre infini de copies identiques de ce mode d’emploi. Cependant, l’enzyme fait parfois des erreurs. Un des mots peut être perdu ou ajouté formant une toute nouvelle phrase. Ce qui modifie les instructions que le virus doit suivre.

Parfois, de nouvelles instructions sont ajoutées pour expliquer comment le virus peut survivre à l’intérieur d’une nouvelle espèce hôte. C’est ce qui s’est passé avec le nouveau virus Corona. Car une mutation s’est produite qui a entraîné l’ajout d’une nouvelle instruction relative à sa transmission à l’homme. Alors la provocation d’une épidémie dans laquelle nous vivons en 2020.

S’il y a des leçons à tirer, c’est que : la recherche, l’étude et le respect de la méthode scientifique sont ce qui nous mènera finalement au succès. Et que peu importe à quel point les choses semblent mauvaises au début, il y a toujours de l’espoir. C’est peut-être notre seul moyen de vaincre ces féroces créatures microscopiques !

 

écrit par : Jaafar Benyoucef