Retour sur la catastrophe de Toulouse

Monde Njindam L. Ibrahim
Toulouse
© Joyfull | Dreamstime.com

La catastrophe de Toulouse renvoie à l’explosion d’une usine de fabrication d’engrais dans cette ville. Survenue le 21 septembre 2001, elle a causé d’importants dégâts sur le plan matériel et humain. Vingt ans après l’incident, les témoins s’en souviennent comme si c’était hier.

Origines de la catastrophe de Toulouse

Le 21 septembre 2001, une détonation retentit dans la ville de Toulouse. Il s’agit de l’explosion de l’usine chimique AZF appartenant à l’entreprise Grande Paroisse. L’explosion est causée par un important stock de nitrate d’ammonium, entré en contact avec des produits chlorés. En effet, l’usine fabrique de l’ammonium industriel, de la mélamine, et des produits chlorés. Nul besoin d’être physicien pour savoir que ces produits constituent un réel danger, surtout s’ils viennent à se mélanger.

Description de la catastrophe

Il convient tout d’abord de préciser que l’usine AZF est située à 5 km du centre de Toulouse. Elle couvre une superficie de 70 hectares, et compte environ 500 employés. Mais aux environs de 10 h 20, il se produit une forte explosion dans l’usine. La détonation est si tonitruante qu’elle se fait entendre sur plus de 80 km. La force de l’explosion a provoqué une secousse ayant la magnitude de 3,4 sur l’échelle de Richter. L’explosion a creusé un cratère d’environ 6 m de profondeur, 70 m de long et 40 m de large. Après l’explosion, la ville est traversée par un nuage de couleur orangée. Cette couleur pourrait être celle des produits manipulés dans ladite usine.

Une catastrophe aux conséquences énormes

Un tel incident ne pouvait se produire sans toutefois avoir des conséquences considérables. Mais contrairement aux autres catastrophes chimiques, c’est le souffle de l’explosion qui a causé tous les dégâts enregistrés. Officiellement, l’accident aurait tué 31 personnes, et blessé environ 2500 personnes. En plus, la force de l’explosion a détruit de nombreux édifices. Les premiers à être touchés sont ceux se trouvant aux alentours de l’usine. Il s’agit surtout de commerces, de logements, du dépôt d’autobus qui a enregistré d’énormes dégâts matériels. Tout juste à 600 m de l’usine, les deux lycées professionnels qui s’y trouvaient ont été ravagés. L’usine elle-même a été entièrement rasée. En plus, l’explosion a privé d’électricité environ 3000 personnes. C’est pareil avec ces sinistrés qui ont assisté à la destruction de leurs logements. Selon les estimations, les dégâts s’évalueraient à 2 milliards d’euros.

Ouverture d’un procès pour établir les responsabilités

Après avoir fait le bilan de l’explosion de l’usine AZF, il était temps pour les nombreuses victimes de demander justice et réparations. Il y aura plusieurs procès intentés contre la société Grande Paroisse, qui est autre que le propriétaire de l’usine. Bien que l’accident ait eu lieu en 2001, il faut attendre 2017 pour que les victimes obtiennent gain de cause. Ainsi, à l’issue du procès, l’entreprise est sommée de payer une amende maximale de 225 milliards d’euros. Quant au directeur de Grande Paroisse, il est condamné à 15 mois de prison avec sursis pour homicide involontaire. La catastrophe de Toulouse vient une fois de plus montrer à quel point certains produits chimiques peuvent être dangereux.

 

écrit par : Njindam L. Ibrahim

Enjoy Ali Huda! Exclusive for your kids.