Salman Al-Farsi, le chrétien étant devenu le compagnon du Prophète Mohammed

Islam, Salmon
Chapelet de prière, islam © Grafoo | Dreamstime.com

Salman Al-Farsi était l’un des compagnons du Prophète Mohammed (Q.S.L). Il était connu par ailleurs sous le nom de Salman le Persan. On dit qu’il appartenait à une famille puissante, réputée pour sa richesse et son influence.

Il a quitté la maison de son père pour enfin retrouver sa vie de chrétien après une longue recherche religieuse. Durant l’un de ses nombreux voyages, il s’est rendu en Arabie centrale pour trouver le Prophète dont on disait qu’il voulait rétablir la religion d’Abraham. Ce n’est que plusieurs années plus tard qu’il sera devenu l’un des compagnons les plus fidèles du Prophète, un combattant et érudit islamique.

Le nom de Salman à la naissance était Rouziba. Il vit le jour en 565 EC au village de Jayyan à Ispahan, en Perse. Son père était le chef du village et le prêtre zoroastrien de la région. Salman a donc été converti à la croyance zoroastrienne, dans laquelle le feu jouait un rôle central et symbolique. Il connaissait si bien sa foi qu’il a été nommé “gardien de la flamme”. Le père était très attaché à son fils et ne le laissait jamais s’éloigner hors du domaine familial et du temple. Cependant, la soif de connaissances de Salman était si grande qu’il se mit à chercher le savoir partout où il pouvait.

Un jour, le père a envoyé Salman en voyage pour superviser certaines affaires du domaine. En chemin, il a été subjugué par les chants mélodieux des prières chrétiennes. Son père l’empêcha d’adhérer à la congrégation religieuse. Salman, s’est libéré de force et a rejoint la caravane chrétienne qui traversait le Sham.

Salman est devenu chrétien sous la direction d’un moine. Il a continué à rechercher des connaissances et a décidé de se rendre dans la péninsule arabique. Un jour, il a rencontré un vieux prêtre, fatigué et malade. Ce dernier lui apprit l’existence du Prophète Mohammed (PSL).

Salman décida de partir à sa rencontre. En cours de route, il est fait prisonnier par des brigands arabes et vendu à un marchand d’une tribu juive. De cette façon, Salman s’est retrouvé à Yathrib (Médine) longtemps avant le Prophète.

Il vivait une vie de misère, harcelé, maltraité et battu. Avant même de rencontrer le prophète Mohammad, la recherche de la vérité de Salman était impressionnante. En dépit de sa condition d’esclave, il a passé de nombreuses années à acquérir des connaissances et à comprendre ce qui lui manquait.

Quand Salman a entendu parler de l’arrivée à Yathrib du prophète Mohammad, il a imaginé un moyen de tromper la vigilance de son maître et de rencontrer cet homme. En le voyant, Salman confirma les signes de la prophétie dont le vieux prêtre malade lui avait parlé. Il se jeta à genoux devant Mohammed, en pleurant et en lui embrassant les mains et les pieds. Le prophète l’a relevé et lui demanda de raconter son histoire. Mohammed et les Sahabah présents furent subjugués par le récit de Salman.

Lorsque Salman eut fini de raconter son histoire, Le prophète lui recommande de convenir d’un marché avec son propriétaire pour sa libération. Son maître accepta de mettre fin à sa captivité en échange de 300 dattiers et de 1600 pièces d’argent. Les sahabah décident de l’aider en apportant 20 à 30 dattiers chacun. Salman et ses amis creusèrent les trous pour les plants et le prophète Mohammed planta lui-même les dattiers. Un homme vint offrir à Salman une pépite d’or de la taille d’un œuf de colombe. Salman paya sa dette pour se libérer et il lui resta assez d’agent pour lui-même.

L’histoire de Salman n’est pas très différente de celle des nouveaux musulmans d’hier et d’aujourd’hui. Salman est un excellent exemple de la manière dont on peut se convertir à l’Islam et à un nouveau mode de vie. Cela démontre que la recherche de l’illumination mène tôt ou tard à la vérité. Salman a été le premier Perse à se convertir à l’Islam et le premier à traduire le Coran dans une autre langue que l’arabe. Ayant été au cours de sa vie un fidèle compagnon du prophète, il est décédé à l’an 655 EC.