Universités Historiques de l’Islam: Darul Uloom Deoband, Inde

Bâtiment rouge et blanc, université Indienne
Darul Uloom Deoband, grande université Islamique en Inde

L’Islam, depuis les premières années suivant son avènement, s’est répandu sans hésitation sur le sous-continent Indien et aussitôt que 629EC, on raconte l’histoire d’un adepte du Prophète Mahomet (PSL) qui s’est dirigé vers l’Ouest Indien, construisant plus tard une mosquée sur la côte de la péninsule qui reste toujours intacte aujourd’hui. Depuis ce moment, l’influence de l’Islam ne faisait que croître menant au fait qu’à l’heure actuelle, les Musulmans Indiens composent 1/10 de la population globale des Musulmans.

La construction de Darul Uloom Deoband a été placée au début du contexte du régime Britannique colonial, débutant en 1858. L’occupation Britannique, sans surprise, n’est pas restée ignorée longtemps et avec peu de délai après son commencement, les manifestations d’avis des savants Indiens se sont graduellement formés en un mouvement réactionnel contre le colonialism Britannique, un pouvoir qui corrompait selon eux la nature-même de l’Islam. Ainsi, les représentatifs de ce groupe se sont appelés Deobandi (en honneur de la ville en question).

Durant les ravages de la Chrétienté et de l’Athéisme induit par les colonisateurs à travers la péninsule, il était devenu clair que l’identité Musulmane de la population locale était sur le point d’être submergée. Les Dedobandi cependant, n’étaient pas ceux à baisser les bras et ont amassée le plus d’hommes possible pour résister contre les porteurs du “fardeau de l’homme blanc”, occupant leur pays.

En parallèle à leur participation plus directe à la résistance, les Deobandi mettaient aussi un focus sur des moyens plus durables de proliférer l’Islam à travers le pays. Dans un des rassemblements de savants locaux, destinés à preserver les enseignements sacrés de l’Islam, un accord unanime s’est éventuellement signé sur le fait qu’il était impératif de commencer à bâtir des Madrasas et centres éducationnels supplémentaires dans le pays. C’était, selon leur estimation, une stratégie sûre pour préserver la nature pure de la religion. Ils ne se trompaient pas. 

La construction de l’université en question n’a pas débute jusqu’en 1866, huit ans après le commencement de l’invasion. Darul Uloom Deoband a été fondé par des individus réputés de Deobandi, notamment Aabid Hussain, Mehtab Ali, Nehal Ahmad et Muhammad Qasim Nanotawi, co-fondateur des Deobandi et chef de l’opération. Ils ne le réalisaient peut être pas encore, dissuadés par la humble façade et manque d’équipement dans la nouvelle structure, mais sa conception allait en effet devenir un jour béni dans l’histoire de l’Islam dans le sous-continent.

À ce temps, conséquence du manque d’autres institutions adéquates dans la région, les savants se sont tournés avec espoir vers les promesses de ce centre nouvellement formé. Avec le passage morne des jours en annexation, les années d’étude Islamique ont graduellement ajouté à la stature de la Madrasa et en due temps, des étudiants désireux se sont précipités depuis les coins les plus distants du pays, déterminés d’étudier à tout prix dans cette université Islamique émergeante.

Par ailleurs, ayant gagné la popularité sur son propre sol en jouant un rôle clé dans la préservation des racines de l’Islam, la réputation de Darul Uloom Deoband est rapidement devenu connu par d’autres de la communauté Islamique internationale, et eux à leur tour, engouffrés de désir pour la connaissance, étaient implacablement attirés vers ce centre d’études prodigieux. Des étudiants de proche et loin, originaires de pays distant comme l’Indonésie, la Turquie ou même des régions de l’Afrique du Nord, venaient ensemble pour produire de la connaissance dans cet épicentre Islamique.

Pour les deux siècles suivants, l’institution éducationnelle sortait des nombreuses figures dominantes qui contribuaient significativement à l’interpretation du Coran, la recherche sur la loi Islamique (fiqh) et l’instruction dans le chemin de l’Islam, exposant davantage sa réputation au monde. À travers ses années d’enseignement, Darul Uloom Deoband s’est graduellement nivelé pour être assimilé en influence aux universités importantes telles que Al-Azhar, Cairo – une des plus vielles universités Islamiques. 

De nos jours, l’université prévaut toujours comme une des écoles Islamiques les plus fondamentales et influentes, connaissant peu de rivalité à son statut. Si vous êtes quelqu’un cherchant une instruction Islamique fondatrice pour vous-même ou pour vos enfants, ceci est définitivement une institution qui renforcera votre Imaan et soulignera ce qui est le plus important dans la relation avec Allah.